Le marketing de l’offre, premier handicap des vins français à l’export

Un article proposé par | 0
Prises dans leur ensemble, les exportations de vin de ces dix pays avoisinent 83 millions d’hectolitres pour 21,5 milliards d’euros. - Crédits photo : CNIV/FranceAgriMer

Le marketing de l’offre, premier handicap des vins français à l’export

634 209 Bérangère Amestoy

Prises dans leur ensemble, les exportations de vin de ces dix pays avoisinent 83 millions d’hectolitres pour 21,5 milliards d’euros. – Crédits photo : CNIV/FranceAgriMer

Mettant la filière hexagonale face à ses neuf principaux concurrents, une analyse comparée du CNIV et de FranceAgriMer remet les pendules de la compétitivité à l’heure internationale.

Sobrement intitulée Analyse des filières vitivinicoles des principaux pays producteurs dans le monde, l’étude menée pendant deux ans par trois cabinets*, pour le Comité National des Interprofessions des Vins (CNIV) et FranceAgriMer, ne manque pas d’ambition. Et de densité (cliquer ici pour lire la dizaine de rapports). Présentée ce premier décembre à des représentants de la filière, l’étude se donne pour objectif de « comprendre les raisons du succès des filières les plus performantes » en se focalisant sur la comparaison des facteurs de réussite des dix premiers pays producteurs de vin dans le monde**.

* : Il s’agit des cabinets Agrex consulting, Efeso Consulting et Sève Conseil.

** : Pesant pour les trois quarts de la production mondiale, il s’agit de l’Afrique du Sud, de l’Argentine, de l’Australie, du Chili, de la Chine, de l’Espagne, des Etats-Unis, de la France, de l’Italie et de la Nouvelle-Zélande.

 

Cet article vous intéresse ? Cliquez sur le lien ci-après (article réservé aux abonné.e.s Vitisphère) :
vitisphère 08/12/2016 | Le marketing de l’offre, premier handicap des vins français à l’export